En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre entité ainsi que par des tiers afin de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts, la possibilité de partager des articles sur les réseaux sociaux, et la réalisation de statistiques d'audiences.

Plus d'informations sur les cookies
 
<
Décembre 2018
>

 

 

 

Eglise St Etienne

façade Est

A l'origine, une tour gallo-romaine était édifiée à l'emplacement du clocher actuel.
Aux environs de l'an mille, un premier sanctuaire est édifié, déjà dédié à Saint ETIENNE.
Vers 1200, sous le règne de PHILIPPE AUGUSTE, une église est construite à l'emplacement actuel, en intégrant la tour de défense surélevée en clocher.
De cet édifice, subsiste aujourd'hui quelques éléments de maçonnerie et aussi les quatre gargouilles du clocher actuel.

 

   
 

façade Ouest

Au XVIII ème siècle, lorsque FOUQUET acheta le domaine de VAUX-LE-VICOMTE pour faire construire son château, il fit agrandir l'église de MAINCY.
Le travail fût confié à l'architecte Louis
LE VAU, la décoration intérieure était confiée aux menuisiers et peintres de FOUQUET, ceux-là même qui étaient chargés des travaux au château de VAUX-LE VICOMTE. Le caractère primitif de l'édifice ne fût pas préservé, les restaurations furent exécutées dans un style LOUIS XIII qui confère l'originalité à l'église telle que nous pouvons la découvrir aujourd'hui.

     

A la période de la révolution, l'église eut à souffrir surtout d'un défaut d'entretien.
La famille SOMMIER, qui acheta en 1889 le domaine de
VAUX-LE-VICOMTE, s'intéressa aussi beaucoup à l'église : des travaux importants y furent exécutés jusqu'au début de la première guerre mondiale.
Les derniers travaux de restauration intérieure datent des années 1960 et lui donnent son aspect actuel.


Source : LUCAS, Michel. L'Eglise Saint-Etienne de Maincy
 

 

 
     
 

Ce confessionnal tripartite,

daté par une inscription gravée, rappelle le développement des confessionnaux après le concile de Trente (1545-1563), qui associe l'action de pénitence à celle de l'eucharistie. Le médaillon finement sculpté sur la porte évoque les nombreux motifs d'inspiration végétale qui ornent le mobilier religieux à cette époque.

M.H. 1948

     
 

La balustrade

qui protège aujourd'hui les fonts baptismaux, de style Louis XV, est l'ancienne clôture du chœur. Elle formait probablement un ensemble avec l'autel et le retable inspirés de l'architecture dorique réalisés par Jacques Prou, menuisier de Vaux-le-Vicomte et Fontainebleau. L'autel en chêne sculpté est décoré de l'agneau pascal, le tabernacle porte un Ecce Homo ainsi que saint Pierre et saint Paul en haut-relief. Les clôtures sont particulièrement répandues dans les églises à bas-côtés afin de marquer et de protéger la place du clergé.
XVIIe

     

Dalle funéraire de Jehan de Musy

Le chevalier Jehan de Musy, originaire d'une petite paroisse de l'Eure, serait venu prendre les rangs dans les troupes de Jehan d'Andrezel, capitaine de Melun et de Brie, avant 1357. Son écuyer Guillaume de Dormelles, mortellement blessé, lui aurait fait don de son fief de Ver sur le territoire du village, et Jehan de Musy s'y serait installé à cette occasion. Un titre de 1360 concernant le testament du chevalier Jehan de Musy ' tué aux combats du siège de Melun en 1359 ' par les Navarrais de Charles le Mauvais confirme la datation de cette dalle. Brisée, elle sert un temps à boucher les baies de la nef et est retrouvée lors de travaux dans l'église en 1914. Deux fleurs de lis dans les angles supérieurs rappellent les services rendus à la couronne.

 

 

 
a3w.fr © 2010 - Informations légales - www.maincy.fr
Plan du site - Administration - Accueil - Haut de page